La table d’harmonie

La table…

De loin la partie la plus importante de la guitare, (bien que l’instrument dans sa totalité a encore plus d’importance) sa préparation requiert la plus grande attention car elle est l’âme de l’instrument. La pièce de bois dite de résonance, doit être débitée en quartiers, cernes annuels perpendiculaires à la face, régulièrement espacés et son fil parallèle à la surface.

On peut aisément apprécier la qualité du grain qui doit être régulier à la surface de la table et, bien que l’écartement des lignes va croissant vers l’extérieur de l’arbre, il est souhaitable d’en compter de 15 à 20 par pouce (25,4 mm).

La table étant planée jusqu’à des épaisseurs de près de 2 mm, toutes ces caractéristiques premières sont à l’origine de la rigidité du bois et gage d’une bonne sonorité.

Epicéa (Picéa exelsa)

Traditionnel pour tous nos instruments à cordes, l’épicéa nous vient de Suisse, d’Allemagne, de France (Vosges et Jura) et plus largement d’Europe. Sa masse volumique, assez faible et variable, est de 380 à 540 kg/m3, avec une moyenne de 450 kg/m3. Grande rigidité et faible masse lui confèrent une excellente transmission des vibrations sonores.

Epicéa de Sitka (Picéa sitchensis)

L’épicéa de Sitka (dont l’appellation est originaire de l’île du même nom), spécialement utilisé pour les guitares à cordes en acier (folk, jazz…), est cependant de plus en plus employé pour les guitares classiques. Sa masse volumique est faible de 380 à 450 kg/m3 à 12% de taux d’humidité et son retrait dimensionnel en volume est négligeable. Il est dur, rigide et nous vient des Etats-Unis et du nord Canada.

Epicéa d’Engelmann (Picéa engelmannii)

Très similaire à l’épicéa d’Europe, sa masse volumique varie de 340 à 450 kg/m3. Il provient aussi des Etats-Unis et du Canada. D’un faible poids, il est plus spécialement destiné aux instruments à cordes en acier (folk, jazz…).

Red cedar (Thuja plicata)

red_cedar

Le Red cedar, plus abondant, moins cher, donnant des planches plus larges et au grain plus régulier est souvent plus sonore notamment lors d’une première monte de cordes. L’épicéa met souvent plusieurs années à s’améliorer et ce serait une gageure que de faire une comparaison avec des instruments montés en Red cedar. On est de suite « flatté » avec une guitare neuve faite de celui-ci, bien qu’il s’améliore aussi dans le temps. La qualité sonore du Red cedar est très inégale, ce qui lui confère un certain désavantage par rapport à l’épicéa qui lui est plus régulier. De couleur allant du rouge orangé au brun, il est moins sensible à l’humidité que l’épicéa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *