Le fond et les éclisses

Les matériaux de construction pour le fond et les éclisses sont typiquement des bois durs, cependant que par le passé certaines variétés d’épicéa massif et plaqué ont été utilisées.

Les variétés de ces bois dits durs les plus en vue sont le palissandre, l’acajou et ses dérivés, l’érable, le cyprès venant de l’Espagne et de l’Italie, plus spécialement utilisé pour les guitares flamenco et le yellow cedar d’Alaska (cyprès canadien) du nord de l’Amérique, se substituant parfois à cette variété européenne.

Le palissandre du Brésil (Dalbergia nigra)

paliss_rio

De toutes ces essences, la plus hautement prisée est incontestablement le palissandre du Brésil et de loin la plus chère aussi. On le trouve dans les forêts côtières de l’état de Bahia au Brésil. Aussi appelé jacaranda ou palissandre de Rio, celui-ci a été d’un important commerce depuis sa découverte par des explorateurs européens il y a plusieurs centaines d’années. Il est assurément le plus beau et le plus exotique de tous les bois durs tropicaux.

Les plus belles pièces offrent pratiquement une couleur kaléidoscopique et un veinage entrelacé assez impressionnant.

Cependant, pour le luthier, la caractéristique première du palissandre brésilien est son extraordinaire résonance. L’intensité et la vélocité de ses vibrations combinées ensemble, en font le matériaux idéal (mais aussi le plus cher) pour la caisse de résonance des guitares de très haute qualité.

Le palissandre indien (Dalbergia latifolia)

paliss_indien

Une alternative au palissandre de Rio, plus communément utilisé, est le palissandre indien . Quoique pas tout à fait aussi dense et dur que le palissandre brésilien, il est néanmoins très lourd, dur et solide. Il n’offre pas la même intensité de figure et couleur, encore qu’il est considéré comme très décoratif.

Du point de vue acoustique, le palissandre indien est proche de celui du Brésil dans ses propriétés de résonance, ce qui le fait, avec son prix plus abordable, préférer par certains luthiers.

D’autres espèces de palissandre sont aussi utilisées, ainsi ceux du Honduras, de Madagascar, de Madras et le cocobolo (aussi une sorte de Dalbergia).

paliss_madagascarcocobolo

 

 

 

L’acajou d’Amérique (Swietenia macrophylla)

acajou

Cet acajou est largement utilisé dans l’industrie et l’artisanat des instruments. Il est solide, stable, et relativement léger. Il se travaille facilement, obtenant une très bonne finition.

 

L’acajou d’Afrique (Khaya) et l’acajou de Cuba (Swietenia mahoganii)

acajou_afrique

Tous deux sont quelque peu plus denses que l’acajou d’Amérique. Celui d’Afrique tend à avoir des sortes de rubans du à son veinage entrelacé. Ceci rend parfois difficile les opérations de ratissage et de pliage.

 

L’acajou du Honduras

acajou_honduras

Très similaire aux précédents, il est cependant préféré par de nombreux luthiers pour son caractère de grande dureté.

 

L’érable (Acer saccharum)

erable_ondeerable_mouche

On en distingue principalement deux variétés. L’érable du nord de l’Amérique, le plus dur et plus répandu, produisant un son éclatant et l’érable européen plus tendre, produisant des sons moelleux. Les plus recherchés sont ceux offrants des ondes chatoyantes ou des effets mouchetés (birds eye).

Citons quelques autres bois exotiques durs comme le padouk (vermillon) le noyer, le King wood et le koa qui bénéficie actuellement d’un certain regain d’intérêt.

padouknoyerking_woodKoa

Pratiquement, n’importe quel bois dur et de fil bien droit peut être utilisé pour la caisse de résonance mais beaucoup d’entre-eux présenteront des difficultés au pliage et au travail à l’épaisseur requise de nos instruments.

Sélection du fond et des éclisses

Elle ne s’effectue pas tout à fait avec les mêmes considérations que celles de la table, mais la plus part des indicateurs de qualité sont similaires. Le grain bien droit et vertical, sans nœud conséquent est généralement préféré pour la puissance et la stabilité. Une des caractéristiques vivement souhaitée est le bon accord esthétique entre les éclisses le fond.

La considération structurelle pour les éclisses, en regard du pliage, est impérativement un fil bien droit et vertical dans sa tranche (perpendiculaire à la surface).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *